Nicolas Sarkozy : une victoire à la Bush

Publié le par Désirs d'avenir 09

sarkozy-caniche-bush.jpgLu sur le blog de la section PS de NY
Par Corinne Narassiguin, Christophe Monier, Franck Millan (Section de New York)


Lettre ouverte à nos camarades socialistes - En résumé


Si nous devons tirer sans complaisance les raisons de notre dernière défaite, nous devons également analyser ce qui a permis à Nicolas Sarkozy de gagner. Vu des Etats-Unis, nous pouvons dire qu'il a réussi sa campagne grâce à une performante machine de communication, comparable à celle que Karl Rove a monté pour Georges W. Bush.


Le marketing politique mis au service de la campagne:

- Les propositions politiques réduites à des slogans fabriqués pour être facilement enregistrés par les électeurs et porteurs d'une signification forte. Comme pour la publicité commerciale, le lien objectif entre le slogan et la proposition politique n'est pas établi (Chez Bush : "No Child Left Behind", suppression de la Death Tax. Chez  Sarkozy : "Travailler plus pour gagner plus", suppression de l'impôt sur les successions, "L'immigration choisie").
- Une communication calibrée sur la base des matrices façon Karl Rove : connaître les attentes de son électorat pour diffuser un discours à même de le séduire. L'objectif est de s'assurer le soutien de sa base électorale (Chez Bush : contre le mariage gay et contre l'avortement, opposition à la théorie de l'évolution de Darwin. Chez Sarkozy : le ministère de l'immigration et de l'identité nationale, la racaille nettoyée au Karcher).
- Organisation et discipline de la communication: tous les membres du parti relaient la ligne politique du leader, on s'assure également des relais dans les médias (Bush et Sarkozy ont limité toute opposition au sein de leurs partis et ont des relations étroites avec les groupes de médias)
- Exploitation des faiblesses supposées de l'adversaire afin de le décrédibiliser (Bush accuse les Démocrates de ne pas pouvoir assurer la défense des Américains ainsi que d'être faibles dans la lutte contre le terrorisme. Sarkozy clame que  les socialistes sont nuls en gestion et en économie, qu'ils sont laxistes dans la lutte contre la délinquance, qu'ils sont partisans de l'assistanat).
- Faire passer les échecs pour des succès (Pour Bush : le désastre en Irak n'est pas reconnu. Pour Sarkozy : la non-publication de certains rapports pour afficher une action positive au ministère de l'intérieur).


Les propagandes de Bush et de Sarkozy sont d'autant plus redoutables qu'elles sont testées, diffusées dans l'électorat pendant des années avant la campagne. Ils ont compris que les batailles de communication se gagnent sur le long terme. Les Démocrates aux Etats-Unis ou nous-mêmes en France ne pouvons pas imposer nos programmes quand ils sont présentés quelques semaines seulement avant les élections. Le retard dans la communication ne peut pas être rattrapé.


Apres l'élection :

- L'ouverture dans la constitution du gouvernement : un affichage de la volonté d'intégrer une large composante du spectre politique quand la politique menée est centrée sur sa ligne idéologique (Bush enrôle Norman Mineta. Sarkozy embauche Bernard Kouchner).
- Les liens consanguins avec les medias (Chez Bush : échanges croisés avec les médias, des proches deviennent analystes/journalistes dans les médias ; un présentateur vedette de Fox News devient porte-parole de la Maison Blanche. Chez Sarkozy : des proches nommés a TF1 et France24 ; des journalistes sont embauchés a l'Elysée)


Par cette lettre ouverte à tous nos camarades socialistes, nous voulons dire au PS qu'il est temps de professionnaliser notre communication. Nous ne pouvons pas laisser la machine de propagande Sarkozy tourner à plein régime pendant cinq ans. Il ne faudra rien laisser passer : pas une conférence de presse présidentielle sans réponse du PS, pas d'action du gouvernement sans proposition du PS pour améliorer ou contrer. Pas une critique lancée par l'UMP contre le PS ou un de ses dirigeants laissée sans réplique. Notre communication doit devenir audible, soigneusement préparée, cohérente. Sinon, la nécessaire et indispensable rénovation ne suffira pas, et nous partirons de nouveau en campagne en 2012 avec un gros handicap.


Retrouver le texte integral

Publié dans Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article