Frédérique Massat : "Service minimum : risque maximum"

Publié le par www.frederiquemassat.com

medium-services-pubics.jpgSERVICE MINIMUM = RISQUE MAXIMUM pour LES SERVICES PUBLICS

L'aspiration des citoyens usagers à la continuité des services publics de transport est légitime. Mais, pour y parvenir, le texte voté par la majorité de droite tourne le dos aux acquis du dialogue social et durcit l'encadrement législatif du droit de grève. Le résultat sera l’inverse de celui escompté.
Le droit de grève et le principe de la continuité du service public ont tous deux valeur constitutionnelle, et leur conciliation est au cœur du débat. Tout Français est à la fois un citoyen attaché au maintien du droit de grève et un usager attaché à la continuité du service public.

Ce texte intempestif préparé en toute hâte au cœur de l’été remet en cause les acquis de dix ans de dialogue social. Le nombre de jours de grève est aujourd’hui au plus bas - le gouvernement le reconnaît - , il a diminué de 90 % en dix ans. C’est justement dans ce contexte de progrès social que le gouvernement choisit l’encadrement législatif de la négociation .

En 2006 à la SNCF, sur 6.043 incidents ayant entraîné une perturbation du trafic, 140 seulement proviennent des mouvements sociaux, soit moins de 3%.
C’est sur ceux-ci que le gouvernement concentre son action tout en ignorant à dessein les 97 % restants, dus à la vétusté des lignes, aux défauts de maintenance et au manque de personnel.
Mais il est vrai qu’il est plus facile de stigmatiser ceux qui se battent pour de meilleures conditions de travail que de financer les investissements nécessaires en matériels et en personnel qui éviteront les trains retardés ou supprimés et des gares rayées de la carte.
On ne peut pas consacrer 13 milliards d’euros aux plus aisés avec le paquet fiscal et investir dans les transports publics et leurs infrastructures.

Avec les députés socialistes j’ai voté contre le texte sur le service minimum, et nous avons saisi le conseil constitutionnel car nous considérons qu’un certain nombre de dispositions ne sont pas conformes à la constitution.

Publié dans Divers

Commenter cet article