Fillon, l’anti-Sarkozy

Publié le par Technologies du Langage - Jean Véronis


Déshabillons-les
est consacré cette semaine à François Fillon. Pour ma chronique, j’ai choisi comme d’habitude quelques images d’archives, qui montrent que Sarkozy et Fillon sont pratiquement le négatif l’un de l’autre. A part le fait que tous deux ont débuté très jeunes en politique (Fillon était le benjamin de l'assemblée à 27 ans ), tout les sépare. C’est l’alliance des contraires.

Sur le plan politique, on le sait : Sarkozy est libéral et atlantiste, alors que Fillon est un gaulliste social, ancien proche de Philippe Séguin. Difficile de faire plus éloigné à droite... Il suffit de se souvenir par exemple, leurs positions opposées au moment du référendum sur le traité de Maastricht, Sarkozy défendant le oui, Fillon le non :



Cliquer pour voir la vidéo

On sait qu'ils ont fait alliance en octobre 2004, lorsque Fillon (alors ministre de l'Education nationale) décide de soutenir Sarkozy dans sa campagne pour la présidence de l'UMP. « Nous nous sommes même parfois heurtés sans indulgence. Pour tous dire, lui c'est Nicolas, moi c'est François... », déclarait-il alors. Ça a dû plaire moyennement à Chirac, et Fillon s'est fait remercier quelque temps après. Le gouvernement Villepin s'est fait sans lui. « Ils ont fait de moi le directeur de campagne de Nicolas Sarkozy », a-t-il lâché alors, dépité. Mariage de raison, donc.

Mais c'est sur le plan humain que je trouve le contraste le plus intéressant. Regardez ces vidéos de leurs débuts en politique. Fillon a une tête de premier de la classe, costard, cravate, raie sur le côté (bon sang, il fallait oser, se trimbaler avec en look comme ça en 1981 !) :



Cliquer pour voir la vidéo

Nicolas Sarkozy, lui, a le look « djeunz » de l'époque : pull, cheveux longs. Ce n'était pas un gauchiste, pourtant :



Cliquer pour voir la vidéo
L'un, Fillon, est calme, réservé, très flegmatique british. L'autre, Sarkozy, est exubérant, hypercommunicant, hyperagité. L'hypo et l'hyper... Regardez la vidéo ci-dessous. C'est leur arrivée ensemble au meeting d'Agen en 2006. Sarkozy va au devant des gens, les palpe, leur serre la pogne, tendant même le bras devant Fillon de façon assez impolie pour les atteindre. Fillon, raide comme un passe-lacet, finit, après un moment de recul, par serrer une main timidement et comme à contre-coeur... Ca ne dure que quelques secondes mais le contraste est saisissant.




Cliquer pour voir la vidéo


Plus besoin de vous dire que Sarkozy met sa vie privée en avant, je suppose. On pourrait même dire qu'il la met en scène: son fils Louis dans le film de campagne, Cécilia, pour le meilleur et pour le pire. Avez-vous vu beaucoup de photos de famille de Fillon ? Je crois qu'il a accepté de guerre lasse de poser une ou deux fois avec sa femme, et presque jamais avec ses enfants. J'ai eu un mal inouï à trouver une photo de lui avec son jeune fils :



Ce n'est pas une image volée. Dans l'euphorie de sa course automobile (Le Mans Classic 2006), il a accepté que l'AFP immortalise ce moment de tendresse. Très belle image. Et très rare.

Course automobile ? Eh oui. J'ai fait un petit sondage autour de moi en préparant l'émission : la plupart des gens l'ignorent. François Fillon est passionné de course automobile, et coureur lui-même. Amateur, bien sûr, mais tout de même. Ce n'est pas tout le monde qui peut faire le Mans Classic au volant d'une Ferrari GT 250 ou d'une Alpine A 200 ! Il paraît qu'il a emmené Sarkozy un jour, et que l'autre en est ressorti vert...

Eh bien, vous savez quoi ? J'ai passé des heures à chercher, et il n'y a pratiquement pas d'images de Fillon en pilote. Rien dans les archives de l'INA. Rien sur les chaînes. Tant et si bien que même France 2, dans son émission Un dimanche de campagne en juin 2007 a dû reprendre une vidéo sur un site Web. La voici cette vidéo :



Cliquer pour voir la vidéo


Etonnante, tout de même, cette discrétion. Quand on pense que Sarkozy, qui fait vaguement un footing malhabile, convoque toutes les télés de la planète... Que ferait-il s'il sortait une mythique GT 250 en combi et casque intégral ? Je n'ose pas y penser ! L'un donne l'impression de la vitesse, toujours en train de remuer comme le « lapin Duracell de la politique », comme disait justement le Guardian. L'autre paraît tranquille comme la tortue. Et pourtant, il tourne. A 200 à l'heure.

Ca me rappelle une fable. A la fin, c'est la tortue qui gagne. 2012 ? 2017 ?

PS : Vous vous demandez peut-être quel style je préfère ? Je vous laisse deviner...



Voir l'émission


La chaîne Public Sénat a un peu changé sa grille. La première diffusion est maintenant le vendredi à 22h (ce soir). Il y a tout un tas de redifs, dont les horaires on un peu changé aussi :
  • Samedi 10 Novembre - 05h30
  • Samedi 10 Novembre - 23h55
  • Dimanche 11 Novembre - 20h00
  • Lundi 12 Novembre - 04h00
  • Lundi 12 Novembre - 10h35
  • Mardi 13 Novembre - 12h00
  • Dimanche 18 Novembre - 12h00
  • Vendredi 7 Décembre - 13h55
Pour ceux qui n'ont pas la TNT ou le satellite, l'émission est visible en direct sur le Web pendant les horaires de diffusion sur le site de la chaîne, et les émissions sont désormais archivées quelques jours après la première diffusion (ici).

Voir la vidéo :



Par Jean Véronis

Publié dans Divers

Commenter cet article