France 2 : A vous de juger avec Ségolène Royal (émission intégrale en 4 parties)

Publié le par Nicolas Cadène

chabot-royal.jpgSilence de l’opposition ou médias sourds ?


Alors que Ségolène Royal, ancienne candidate socialiste à l'élection présidentielle ayant rassemblé 47 % des électeurs soit 17 millions de Français, vient de publier un livre, a été au 20 heures de TF1, sur les plateaux de RTL et Europe 1 et a fait un « prime time » sur France 2, on constate une surprenante absence de répercussion de ses propos pourtant construits et virulents à l'encontre de la politique menée par le président de la République.

Pourtant, cela n'empêche absolument pas certains directeurs de rédaction et éditorialistes de continuer à faire semblant de se demander : « Mais où est la gauche ? Où est l'opposition ? ».

..........De plus, soyons honnêtes, il n'est pas rare de voir Ségolène Royal en couverture d'un magazine, dans quelques images télévisées, ou d'en entendre parler à la radio. Non, en effet. Sauf que les propos accompagnant cette présence, loin de traiter de « fond », loin de relayer ses positionnements, ses propositions, s'attardent à discuter de savoir si elle est une « Madone » ou une « Vierge Marie », de dire à quel point (ironie médiatique formidable) elle est tellement dans cette position d'icône qu'elle semble oublier le fond (vraiment ?)... comme s'il s'agissait surtout de la réduire à une sorte de caricature plutôt que de traiter son rôle d'opposition........

..........Lors de l'émission A vous de juger, après avoir rappelé son devoir d'être « au premier rang avec d'autres, attelée au travail de reconstruction du Parti socialiste et de la gauche », elle a souhaité une gauche plus « disciplinée », la discipline étant « la reconnaissance du fait majoritaire ». Surtout, et malgré les questions insistantes sur les seules « querelles internes » d'Arlette Chabot (que l'on aimerait voir aussi combative face à Nicolas Sarkozy ou François Fillon), Ségolène Royal a pu critiquer de façon pertinente la politique « sarkozyste ».

A plusieurs reprises, critiquant les annonces sur le pouvoir d'achat ou la gestion du conflit des régimes spéciaux, elle a déclaré que « Ce qui est annoncé aujourd'hui par Nicolas Sarkozy, c'est tout et le contraire de tout ». Le président de la République « reprend d'une main ce qu'il donne de l'autre ». Ainsi, elle a sévèrement jugé la réduction de moitié de l'exonération de la redevance audiovisuelle pour les personnes âgées de plus de 65 ans. « C'est de la cruauté sociale (...) arrêtons de faire les poches des personnes âgées ».

Cette semaine, elle a pu rappeler que le président de la République use d'un pouvoir « qui dresse les Français les uns contre les autres », « ceux qui vont avoir droit aux heures supplémentaires, ceux qui n'y ont pas droit », « ceux qui se lèvent tôt et ceux qui se couchent tard », « ceux qui ont des régimes spéciaux et ceux qui n'en ont pas ».

Pour elle, Nicolas Sarkozy « oppose les petits aux petits (...) donne aux ‘gros', reprend aux ‘petits', entretient la jalousie entre les ‘petits'. »

« Ce n'est pas ma vision ni ma conception de la France », souligne-t-elle.

Rappelant que ses idées ont été moquées pendant la campagne, elle constate les étonnantes reprises par Nicolas Sarkozy : un nouvel indice des prix, la taxation des entreprises pétrolières, un « bouclier logement » et des négociations sur les régimes spéciaux, insistant sur le fait que le président a « perdu sept mois  » avant de s'y mettre.....

........Concernant la réforme des universités, elle considère que pour lutter contre l'échec universitaire (40 % des jeunes sans diplôme à la fin de la deuxième année d'université) s'il faut plus d'autonomie, il faut également « plus de moyens aux universités pour accompagner plus efficacement les étudiants ». « La réforme telle qu'elle est conduite pose de graves problèmes : l'autonomie sans moyen va creuser les inégalités entre université et les jeunes en ont parfaitement conscience, le problème de l'échec universitaire n'est pas du tout réglé, il y a un grave malaise social chez les jeunes étudiants, dont un sur trois souffre de précarité et même de pauvreté. »......

..............Malgré ce, les médias semblent trouver qu'il convient encore non pas de traiter cette opposition, mais de disserter des heures sur le rendez-vous avec François Bayrou ou sur sa relation avec François Hollande pour conclure en un beau « chœur hypocrite » que l'opposition est silencieuse.


Nicolas Cadène (Nîmes / Paris)


Durée : 74:50 Pris le : 06 décembre 2007

S. Royal : A vous de Juger (1 sur 4)




S. Royal : A vous de juger (2 sur 4)




S. Royal : A vous de juger (3 sur 4)



S. Royal : A vous de juger (4 sur 4)

Publié dans Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article