Pamiers: Emile Franco dans les «starting-blocks» pour les municipales

Publié le par Ariège News

emilefranco2011200741.jpgLu sur  AriègeNews


Première conférence de presse du candidat socialiste Emile Franco avant la présentation officielle de sa liste «Ensemble Pamiers Demain», le 17 janvier prochain.

C’est en présence de Dominique Castagné, son directeur de campagne qu’il a accueilli la presse dans les locaux du parti, Espace Jean-Pierre Caumeil rue Lakanal.

«Les appaméens ont envie de prendre leur destin en main, il y a longtemps que je n’avais pas connu cela, pardonnez-moi pour ce manque de modestie mais j’en suis très fier»

Il est vrai que depuis le début de sa campagne, le candidat a joué la carte de la démocratie participative en constituant depuis le 10 octobre des groupes de travail sur plusieurs thèmes (quatre en tout) qui se réunissent régulièrement pour construire leur projet d’avenir.

Il se dit satisfait «d’affronter démocratiquement et courtoisement l’actuel maire de Pamiers: il présente un bilan, je présente un programme …

Il a annoncé qu’il irait jusqu’au bout de son mandat s’il était élu, mais attention au mandat de trop… en politique comme dans la vie, je crois qu’il faut savoir s’arrêter et préparer la route en laissant le passage aux autres, aux siens bien sûr»
Avec l'ouverture d’un blog où il répondra aux questions des internautes, Emile Franco souhaite afficher sa modernité (http://emilefranco2008.unblog.fr).

Le candidat du Parti Socialiste a, au titre de conseiller régional, souhaité apporter un certain nombre de précisions, notamment concernant la presse de 40 000 tonnes récemment inaugurée chez Aubert&Duval.

«Je tiens à dire haut et fort, sans polémiquer, que c’est l’action conjuguée de toutes les collectivités, Conseil Régional (800.000 euros), Conseil Général (800.000 euros), Mairie (300.000 euros) avec l’aide de l’Europe (1,6 millions d’euros)»

Emile Franco s’est dit également «ému de la multiplication des chantiers préélectoraux: entrée de Lestang et rue Gabriel Péri, projets multiples et variés, études coûteuses, mais un peu tardives, Pamiers est aujourd’hui étouffé, asphyxié, parce qu’on rentre difficilement et qu’on en sort avec encore plus de difficultés.

On a l’impression que la ville ne vit qu’avec la périphérie (les commerces en ville périclitent), nous voulons rétablir l’équilibre. La situation a empiré depuis 13 ans…/…/… dans notre programme, nous proposerons des solutions concrètes et nous n’attendrons pas 13 ans de plus pour y remédier»

Concernant les parkings: «je regrette que les places soient envahies par les voitures au détriment des espaces de rencontre d’échange et de lien social. Nos plus belles places de la ville avec leurs fontaines ont disparu sous les pneus des véhicules, à Ste Hélène, à Loumet, aux Jacobins, aux Vékisses»

Le candidat a souligné que la disparition du tribunal d’Instance était «un coup bas pour ceux qui sont attachés à la justice de proximité et à l’ordre républicain… demain ce sera la poste qui perdra sa structure départementale, puis la sous-préfecture et le commissariat …

M. Trigano a beau dire qu’il faut vivre avec son temps, je ne m’y résous pas …. Il n’est pas normal de rester les bras croisés, il faut arrêter l’hémorragie des services publics …

Notre projet n’est pas de repartir dans une guéguerre des trois clochers contre les trois tours, mais de réaliser le plus rapidement possible une communauté d’agglomération, avec un projet sérieux, clair et précis et réussir le projet Ariège 2020»

Emile Franco est quant à lui très favorable à ce projet qui selon lui «permettrait de récupérer des aides substantielles de l’Etat et de la Région.

Il faut travailler avec les fuxéens dans ce sens, se mettre d’accord sur un projet d’avenir …/…/….seul l’avenir de Pamiers et son positionnement en Midi-Pyrénées m’engage à tenir ferme sur nos positions, et à poursuivre la route en ayant le souci permanent de servir»

Rendez-vous le 17 janvier pour découvrir la liste du candidat socialiste, une liste que le candidat du PS a déclaré vouloir ouverte.

«Nos partenaires de gauche participent déjà à nos commissions, nous ne savons pas encore si nous partirons ensemble mais nous souhaitons rassembler la gauche dans son ensemble sur un projet et un programme de gauche…/…/… certains n’ont pas de carte, d’autres viennent de la société civile mais tous ont des compétences, c’est le plus important à mes yeux»

Photo et vidéo: ©AriegeNews 2007

Publié dans Divers

Commenter cet article