Une mère de famille agressée en direct...

Publié le par Dominique Dhombres - Le Monde

Avez-vous vu cette incroyable agression perpétrée par deux voyous contre une mère de famille dans un train de banlieue ? C'était mardi 24 octobre en direct sur La Chaîne parlementaire et en différé sur LCI.

Les deux loubards, très correctement habillés, s'étaient manifestement concertés à l'avance. Ils surveillaient leur proie depuis des semaines dans la cité. Elle faisait trop la fière, ne leur jetait pas un regard, ne leur accordait aucune attention. Dès qu'elle est montée dans le train, ils l'ont suivie puis l'ont poussée vers l'extrémité du wagon.

Evidemment, aucun des autres passagers n'a réagi. Et c'est alors que l'impensable s'est produit. La victime ne s'est pas laissée faire. Elle s'est rebiffée et leur a dit leur fait. Elle n'a pas davantage peur d'eux que du peuple. Elle maintient tous ses projets. Les jolies colonies de vacances encadrées par des militaires ou des humanitaires pour les enfants de la cité. Les jurys de citoyens pour surveiller les élus. L'élargissement de la carte scolaire. Toute la gamme ! Ils s'attendaient à ce qu'elle pleure, les supplie, leur demande pardon.

Rien de tout cela ! Le wagon entier a assisté au spectacle. Enfin, une courageuse mère de famille osait résister à ces deux délinquants, bien connus sur la ligne. Elle ne baissait pas les yeux, ni la voix. Pour un peu, les autres passagers auraient applaudi...

On se moque ? Pas du tout. Cette fois, au moins, on a compris ce qui faisait la différence entre Ségolène Royal et les deux autres. C'est probablement le tournant décisif dans cette campagne pour gagner aussi bien l'adhésion des militants socialistes que celle de tous les citoyens. "Il y a aujourd'hui des pans entiers de la société française qui se sentent exclus du débat public, en particulier dans les catégories populaires. Si l'on pense que tout va bien et qu'il faut continuer comme cela, eh bien, continuons ! Moi, je pense que tout ne va pas bien et qu'il y a une crise démocratique et morale profonde", disait-elle. Face à cette détermination, les emportements calculés de Laurent Fabius sonnaient faux. L'ancien premier ministre a trop mis en scène son indignation en racontant l'histoire de ce Congolais vivant en France depuis plus de vingt ans dont l'épouse risque d'être expulsée.

C'est toujours le problème avec Laurent Fabius. C'est lorsqu'il veut se montrer proche des gens qu'il paraît le moins sincère. Dominique Strauss-Kahn avait également du mal à faire croire à son engagement en faveur de la carte scolaire.

On n'a pas fini de mesurer les effets, dans la vie politique française, de l'entrée en scène d'une mère de famille qui ne s'en laisse pas conter.

Publié dans Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article