Ségolène Royal à égalité avec Nicolas Sarkozy au premier tour, selon un sondage

Publié le par Nouvel Obs.com - AFP

A quelques jours du premier tour du scrutin interne au PS, Ségolène Royal semble être la seule des trois candidats à l'investiture socialiste à pouvoir faire jeu égal avec Nicolas Sarkozy au premier tour de la présidentielle, selon le baromètre présidentiel TNS-Sofres-Unilog pour RTL/"Le Figaro" et LCI, diffusé dimanche.

La présidente de Poitou-Charentes est créditée de 34% d'intention de vote, à égalité avec le président de l'UMP.
Dans le cas d'une hypothèse où Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy seraient investis par leur parti respectif, tous deux récoltent 34% d'intention de vote (score identique au mois dernier pour la candidate PS, - 2 points pour le président de l'UMP). Jean-Marie Le Pen obtiendrait alors 13% des voix (+ 2 points), et François Bayrou 7% (score identique), tandis que 19% ne se prononcent pas.

Dans le cas d'une investiture de Laurent Fabius face à Nicolas Sarkozy, le candidat PS récolte 17% (+ 2 points) d'intentions de vote, tandis que celui de l'UMP 38% (-1 point). Jean-Marie Le Pen ferait alors 14% des voix (+3 points) et François Bayrou, 11% (+1,5 point), 22% ne se prononcent pas.

Enfin, si Dominique Strauss-Kahn affronte Nicolas Sarkozy, il récolterait 22% (+2 points) d'intentions de vote contre 37% (-2 points) pour son adversaire. Jean-Marie Le Pen recevrait alors 14% de voix (+4 points) et François Bayrou, 11% (+1 point), alors que 21% ne se prononcent pas.

Concernant les questions de "leadership présidentiel", les sondés font confiance à 71% à Nicolas Sarkozy pour "mieux faire respecter l'autorité de l'Etat", ou à 57% pour "faire face à une crise internationale", tandis qu'ils font confiance à Ségolène Royal à 58% pour "pratiquer la concertation", et à 50% pour "moraliser la vie politique".

Sondage TNS-Sofres-Unilog, réalisé par téléphone les 8 et 9 novembre 2006 pour RTL, Le Figaro, LCI, sur un échantillon national de 1.000 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, constitué selon la méthode des quotas.

Publié dans Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Dominique 14/11/2006 00:36

Madame,Vos propos sur les enseignants sont inacceptables !Quelles que soient les tentatives pour justifier vos propos, lesenseignants ne décolèrent pas.Le fait que la publication de cette vidéo survienne juste avant le voteorganisé au sein de votre parti n’est évidemment pas fortuit.Par ailleurs, je comprends qu’aucun sujet ne soit “tabou” et qu’on puissevouloir débattre de la durée de la présence des enseignants dans leursétablissements d’exercice.Contrairement à ce que vous semblez penser, les enseignants, qui ne sontpas des privilégiés travaillant 17 heures par semaine pour l'Etat  et seremplissant les poches le reste du temps en bossant pour des organismes"côtés en bourse" plutôt que de prendre le temps d'aider leurs élèves, neseraient pas je crois opposés à ce qu'on discute sereinement demodifications possibles de leurs conditions de travail..Mais le ton et le choix des formules que vous utilisez font apparaître uneméconnaissance totale des conditions de travail des enseignants (alors quevous avez été, sauf erreur de ma part, ministre de l'enseignement scolaire)et un profond mépris pour ceux-ci et pour leurs organisations syndicales.Peu importe que ce soit une vidéo pirate (ça apprendra à nos hommes etfemmes politiques à se méfier des téléphones portables de leurs “amis” et às’efforcer d’avoir le même langage “en on” et “en off”) et peu importe lebut poursuivi en la publiant sur internet.La manoeuvre est certainement douteuse mais les propos ont été tenus et, àma connaissance, pas démentis.Pensez-vous que les enseignants, dont je fais partie, et qui, après avoirsubi les attaques de la droite, ne s’attendaient pas à un coup de couteaudans le dos de la part de la gauche, vont, majoritairement, continuer desoutenir un parti dont une “candidate à la candidature” tient de telspropos ?J’attends, pour ma part, une prise de position sans ambiguïté.Permettez-moi d'ajouter que je suis, par ailleurs, effaré par la capacitéqu’ont les socialistes à se saborder eux-mêmes !Je vous prie d'agréer, Madame, l'expression de mes salutations et de monindignation.