Education nationale : vive le GAIN !

Publié le par Christine Snabre - Marianne 2007

Voilà l'une des réponses apportées sur le terrain pour accompagner les élèves en difficulté. Au cas où l'un de nos candidats formulerait cette proposition sous quelque appellation que ce soit, encouragez-le et n'hésitez pas à approuver son idée de génie !



Les chroniques sur l'Ecole (voir la proposition de Victor Muller) suscitent toujours beaucoup de réactions. Des principes partagés (mixité sociale, égalité des chances) aboutissent à des solutions opposées. On les mélange, ces jeunes, ou on les sépare ? Comment et au nom de quoi ? Le problème : deux catégories d'élèves aux deux bouts de la chaîne qui ne peuvent se reconnaître (ni se sentir) et des enseignants qui ne font pas le même métier.

Mais il reste tous les autres, c'est-à-dire la majorité, les jeunes de familles défavorisées ou non, ceux qui bossent et ceux qui rament, ceux qui réussissent et ceux qui décrochent. Il existe dans les collèges et lycées des Groupes d'Aide à l'Insertion (en sigle : GAIN !). C'est selon moi l'idée la plus intéressante du moment.

Voici le principe : des membres volontaires d'un établissement, tous personnels confondus, se réunissent régulièrement pour croiser regards et compétences, chacun dans sa fonction, sur la situation d'élèves qui ont attiré l'attention de l'équipe pédagogique : une soudaine passivité, des absences répétées, une baisse significative des résultats, un état de santé apparemment inquiétant, les confidences d'un élève à un professeur.

Un rendez-vous est proposé à l'élève avec le membre de l'équipe jugé a priori le mieux à même d'aborder son cas. Parfois, un entretien suffit à crever l'abcès. Ce dispositif peu coûteux permet de traiter les difficultés le plus vite possible au lieu de laisser l'élève gâcher son année scolaire. Il faut tenir compte de cette réalité : beaucoup d'adolescents sont confrontés à de graves problèmes familiaux et sociaux qui les occupent entièrement et empêchent une poursuite de scolarité normale. Moins dramatiquement, cela peut être une réorientation à envisager pour l'un, une interruption de ses études pour l'autre. Le GAIN l'aide alors à partir dans les meilleures conditions possibles..

Voilà l'une des réponses apportées sur le terrain pour accompagner les élèves en difficulté. Au cas où l'un de nos candidats formulerait cette proposition sous quelque appellation que ce soit, encouragez-le et n'hésitez pas à approuver son idée de génie !

Publié dans Divers

Commenter cet article