Lettre de Chine (3)

Publié le par Désirs d'avenir.org


Lundi, au début de la matinée, j'ai demandé à deux membres de ma délégation qui me sont proches – l'avocat Jean-Pierre Mignard, qui a défendu une centaine d'étudiants de Tian Anmen, et le député Bruno Le Roux, vice-président du Groupe d'amitié France-Chine à l'Assemblée nationale, de porter en mon nom deux lettres où j'exprimais mon inquiétude sur deux avocats et trois journalistes dont le sort est particulièrement inquiétant aujourd'hui.



Gao Zisheng, a été condamné, et sa licence d'avocat retirée.


Chen Guangchong, juriste, aveugle de naissance, a été condamné à une peine d'emprisonnement et il serait encore détenu.

Zhao Yan , journaliste.

Ching Cheong, journaliste.

Yang Zihi , journaliste.

De nombreuses organisations internationales et le Parlement Européen à l'unanimité ont marqué leur inquiétude et leur solidarité avec ces personnalités entravées.

Bruno Le Roux et Jean-Pierre Mignard se sont donc rendus au siège de l'Association nationale des journalistes chinois, où, d'après leur compte-rendu, ils ont pu longuement s'entretenir avec les responsables en leur exposant les motifs de mon inquiétude, puis au siège de l'association nationale des Avocats.

Ces démarches me tiennent particulièrement à cœur, elles sont au principe de notre volonté de nous engager pour la démocratie, et je souhaite la simultanéité entre la ratification par la France du traité d'extradition franco chinois qui vient d'être signé et la ratification par la Chine du pacte international des droits civils et politiques de 1966 que la Chine a signé et promis de ratifier à l'occasion de son admission à l'OMC.

Dans la préparation de mon voyage, j'avais d'ailleurs, dans le même esprit de soutien à ceux qui sont ou qui ont été victimes de poursuites, demandé à rencontrer le grand écrivain français d'origine chinoise Gao Xinjian, Prix Nobel de Littérature.



Au programme ensuite, un débat avec les étudiants à l'Institut de Diplomatie de Pékin. Il ne s'agissait pas d'une visite de tourisme, mais bien d'une nécessité pour moi de m'informer sur les formations dispensées aux futurs diplomates. Force est de constater qu'en matière d'enseignement des langues, la France a du retard. Ce retard, déploré en vain depuis tant d'années, doit être comblé à l'occasion de la prochaine Présidence.

Là, encore, assez d'incantations : il faut agir.

De nombreuses étudiantes extrêmement brillantes, et parlant un français remarquable, étaient réunies pour échanger avec moi. Elles sont les élèves de l'Institut et se préparent à la carrière de diplomates.

Je réitère mon engagement, avec les trois Présidents de Région qui m'accompagnent, Jean-Jacques Queyranne, de Rhône-Alpes, Jacques Auxiette, des Pays de la Loire, Jean-Yves Le Driant, de Bretagne, pour que le chinois soit enseigné dans les lycées français de manière plus répandue, notamment grâce à l'aide des régions.

Le travail de l'Ambassade en direction des échanges d'étudiants mérite d'être souligné, mais il doit être soutenu plus fortement encore.

Je veux aussi que les échanges entre étudiants chinois et français soient facilités, et multipliés. Pour le moment, il y a trop peu d'étudiants chinois accueillis en France : je souhaite que les coopérations universitaires se multiplient et je ferai tout pour y parvenir.

Après la jeunesse, la recherche doit être une priorité. En fin de matinée, avait été organisée une conférence au sein des laboratoires de France Télécom Pékin. J'ai profité de ce moment où étaient réunis de nombreux cadres industriels pour les soumettre à une batterie de questions sur les délocalisations, la délocalisation de R&D, les transferts de technologies et les brevets, la propriété intellectuelle en général.

Au moment du déjeuner, nous était servie la spécialité pékinoise du canard laqué : un régal !

Nous entamions une série d'entretiens officiels tous cruciaux : le premier avec DAI Bingguo le vice-Ministre des Affaires étrangères, l'autre avec M. Zeng Qinhong, vice-Président de la République Populaire de Chine et membre du comité permanent du bureau du PCC, enfin avec M. BO Xilai, Ministre du Commerce.

L'entretien le plus essentiel et le plus impressionnant était celui avec le vice-Président, sans conteste l'un des piliers du Comité central.

Vous le comprendrez, il n'est pas possible de résumer la teneur d'un entretien de ce niveau, mais la précision et l'intelligence des réponses étaient admirables.

Il y avait un problème majeur, celui du déficit de la balance commerciale, en matière économique. Pourtant, plusieurs domaines d'activités peuvent s'ouvrir à la France, les services à l'environnement notamment.

Enfin, pour clore la journée, deux rencontres passionnantes m'ont amenée à rencontrer les Français expatriés en Chine et les entreprises françaises qui réussissent en Chine.

Mardi, nous aurons encore un rendez-vous officiel important et une rencontre avec des femmes chinoises dynamiques, entrepreneuses ; avant de décoller pour Paris.


Signature Ségolène Royal



Lettre de Ségolène Royal au Président de l'Association des Journalistes Chinois
http://www.desirsdavenir.org/index.php?c=interventions&id=560

Lettre de Ségolène Royal au Président de l'Association Nationale des Avocats
http://www.desirsdavenir.org/index.php?c=interventions&id=561

Publié dans Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article