Débat participatif : Ségolène Royal veut "donner sa chance" à tous les jeunes (vidéos)

Publié le par Reuters - desirs d'avenir.org

Ségolène Royal a ouvert jeudi un débat participatif sur la jeunesse en appelant de ses voeux une France qui "donne sa chance" à tous les jeunes.


"Je veux une France qui donne sa chance à tous les jeunes, à chaque jeune, pour qu'il puisse prendre sa part à la construction de notre destin commun", a déclaré la candidate présidentielle du PS devant plusieurs milliers de personnes réunies à la patinoire de Grenoble.


"Je veux une France qui ouvre ses portes et ses fenêtres à la jeunesse, une France qui cesse de gaspiller le talent des jeunes", a-t-elle ajouté.


La candidate socialiste a répété qu'elle voulait mettre en place un "droit au premier emploi pour les jeunes" et a souhaité "une France qui reconnaît comme ses enfants, tous ses enfants d'où qu'ils viennent et quelle que soit la couleur de leur peau".


Drapeaux "Mouvement des jeunes socialistes" et affichettes "Ségosphère" brandies à bouts de bras, la foule a accueilli Ségolène Royal aux cris de "Ségolène présidente".


La candidate a d'abord provoqué des rires bienveillant en débutant son introduction par: "Vous êtes magnifiques".


"Vous êtes magnifiques par votre présence, par votre enthousiasme, par votre générosité, vous êtes à l'image de cette France qui se lève et qui veut que ça change fort", a-t-elle complété.


Pour ce déplacement, Ségolène Royal est notamment accompagnée de la députée de Guyane Christiane Taubira, de son directeur de campagne Jean-Louis Bianco et du président du Mouvement des jeunes socialistes Razzye Hammadi.

 

A peine quelques heures après le débat participatif animé par Ségolène Royal à Grenoble, consacré à la jeunesse, des vidéos sont déjà disponibles sur Internet. Allocation pour les jeunes adultes, tutorat par les chefs d'entreprise, bourses à la création d'entreprise… un petit extrait pour en savoir plus sur les propositions de la candidate.





 

Ségolène Royal à Grenoble pour un débat sur la jeunesse


"Je ne veux pas d'un projet où la jeunesse est infantilisée, considérée comme un danger. Je veux une société qui vous fait confiance."





Lors d'un débat participatif à Grenoble sur la jeunesse, Ségolène Royal, a affirmé qu'elle "serait la présidente de la République de laFrance métisse

Je veux une France qui accepte ce qu'elle est devenue -- plurielle, diverse, colorée -- s'en réjouisse et sache en tirer partie. Je veux une France qui reconnaisse comme ses enfants légitimes tous ceux dont les familles sont venues d'ailleurs et qui sont aujourd'hui français à part entière.(...)

Comme le dit Jamel, l'ascenseur social reste bloqué au sous-sol et ne dessert plus les étages du haut, et le modèle que l'UMP propose à nos enfants face aux grandes transformations du monde peut se résumer à peu près à ceci -- +sois compétitif, ne pense qu'à toi et tais-toi+ -- est cela que vous voulez ?(...)

Ce sont les exonérations fiscales qui sapent la valeur travail, ce sont les rémunérations exorbitantes de certains patrons qui sapent la valeur travail, et je veux faire en sorte que le travail soit moins taxé que le capital.(...)

Je ne veux pas de cette société du tous contre tous et du chacun pour soi qu'un autre nous prépare, je ne veux pas d'un projet où la jeunesse est infantilisée, considérée comme une menace, un danger. Je veux, moi, une société qui vous fait confiance.

Il y a ceux qui pensent que les jeunes sont un problème, qui n'en parlent qu'en terme de délinquance, qui ne cessent de les stigmatiser. Moi, je pense que les jeunes ne sont pas un problème: ils sont la solution.(...)

La situation dans les banlieues se dégrade. Le couvercle a été mis avec l'espoir qu'il tienne jusqu'à l'élection.

On pourra envoyer tous les bataillons de police et de gendarmerie que cela n'y changera rien, par les mots de la provocation, rien n'est réglé.

Je pense à Bouna, Zyed et Muhittin, aux jeunes électrocutés de Clichy et je dis à leur famille que nous n'aurons de cesse que la vérité soit connue dans la tragédie qui a pris leur vie au delà des mensonges du ministre de l'Intérieur. (...)

Il n'y a pas deux jeunesses, l'une vouée à l'excellence et l'autre condamnée à l'échec. Il n'y en a qu'une, la jeunesse de France.(...)

J'ai besoin que vous gardiez intacts votre goût du combat, vos colères, vos refus. Car la France a besoin de votre capacité d'indignation, de mobilisation, d'imagination.

Je veux contribuer à vous offrir une perspective, je veux que nous bâtissions ensemble une nouvelle donne avec la jeunesse de France.

Je veux une France qui donne sa chance à tous les jeunes, à chaque jeune, pour qu'il puisse prendre sa part à la construction de notre destin commun. (...)

L'exploitation du jeune en stage, qui est jeté puis remplacé par un autre jeune n'est plus une solution acceptable et la loi mettra de l'ordre juste dans ce domaine.(...)

Je souhaite mettre en place un droit au premier emploi pour les jeunes diplômés et qualifiés.(...)

Je souhaite aussi une allocation d'autonomie du jeune adulte.

Pourquoi ne pas demander (aux étudiants qui la perçoivent) du temps pour faire du soutien scolaire aux jeunes qui décrochent dans les collèges et dans les lycées ?(...)

Il faut une nouvelle génération de logements pour les jeunes étudiants, les jeunes travailleurs. Cette responsabilité reviendra aux régions et l'Etat leur transmettra les moyens financiers qui leur permettront de monter très rapidement en charge.(...)

Je n'accepterai pas que le débat soit dévoyé, escamoté par le jeu de pièges, de manoeuvres subalternes, de harcèlements injurieux ou illicites. Le combat ne sera pas facile.(...)

Ceux qui se demandent tous les jours si je vais tenir et même s'il faudrait changer de candidate. Ces médias amis du pouvoir, qui relaient tous les coups, tous les pièges, toutes les chausse-trapes, je leur dis ce soir qu'avec vous, nous n'avons pas peur et que nous resterons debout !".

 

Publié dans Divers

Commenter cet article