Sarkozy veut séduire les enseignants en leur parlant salaire et carrière

Publié le par AFP - vousnousils.fr


Nicolas Sarkozy, candidat UMP à la présidentielle, est parti vendredi à la conquête des enseignants en chargeant Xavier Darcos, ancien ministre à l'Enseignement scolaire, d'une mission sur leur salaire et leur carrière, alors que leur vote semble de plus plus volatil.



Dans une lettre à M. Darcos publiée vendredi, le candidat UMP demande un bilan sur la "mission" des enseignants, leur "rémunération" et leur "progression de carrière".


Prenant ouvertement leur défense, M. Sarkozy critique le ministre UDF de l'Education Gilles de Robien et sa rivale socialiste Ségolène Royale.


Ainsi, qualifie-t-il d'"injuste toute mesure qui demanderait aux enseignants de travailler davantage sans revenu supplémentaire", une allusion au décret récent de M. de Robien qui supprime des décharges horaires pour économiser 2.800 équivalents temps plein.


Ainsi près de 50.000 enseignants seront touchés dès la rentrée par cet allongement du temps de travail. Ils perdront 1.000 à 1.500 euros de revenus net par an s'ils ne recourent pas aux heures supplémentaires.


Vendredi soir, lors d'une réunion publique à Maisons-Alfort (Val-de-Marne), Nicolas Sarkozy a déclaré que les enseignants "ne devaient pas être les boucs émissaires de la faiblesse de l'école".


"Je m'engage, si je suis élu, à leur donner la considération qui leur est due, à revaloriser leur carrière (...) à multiplier les passerelles avec les autres administrations publiques de sorte que leurs perspectives de carrière soient élargies", à permettre à ceux "qui voudront travailler davantage, de gagner plus", a-t-il promis.


"Je m'engage à ce que les gains de productivité qui pourraient être réalisés leur soient redistribués pour moitié. Je m'engage à ce qu'ils soient mieux formés, mieux accompagnés, mieux soutenus et par conséquent moins isolés", a-t-il ajouté.


Dans une vidéo-pirate de janvier, Ségolène Royal avait proposé que les enseignants assurent "35 heures de présence dans les collèges". La diffusion de cette vidéo avait suscité de vives réactions dans le milieu enseignant.


La lettre du ministre à Xavier Darcos a été publiée alors que la principale fédération de l'Education, la FSU, clôturait vendredi son congrès à Marseille et que la grogne monte chez les enseignants.


"Ce n'est pas un hasard si cette lettre est publiée aujourd'hui, à la fin du congrès de la FSU, et à quelques jours d'une journée de mobilisation", jeudi dans le cadre d'un appel commun à toute la Fonction publique, ironise le secrétaire général de la FSU Gérard Aschieri.


"Si Nicolas Sarkozy veut montrer son intérêt pour les enseignants, il doit se désolidariser de son collègue Gilles de Robien et faire en sorte que soit retiré le décret", a-t-il poursuivi.


M. Sarkozy se tourne vers les enseignants dans une période où, après avoir longtemps été acquis à la gauche, ils semblent être devenus plus volatils dans leurs choix électoraux.


Un baromètre politique du Centre d'étude de la vie politique française (Cevipof) de Sciences-Po de décembre révèle ainsi que si 36 % des enseignants ont l'intention de voter pour Ségolène Royal, 18 % se prononcent pour M. Sarkozy, 8 % pour François Bayrou et 5 % pour Jean-Marie Le Pen.

Publié dans Divers

Commenter cet article