Nous sommes prêts à une confrontation publique, sous le contrôle d’experts indépendants avec l’UMP.

Publié le par Désirs d'avenir.org

Eric Besson sur le financement des programmes.


Les socialistes n’ont guère de leçons de gestion à recevoir d’une droite qui aura depuis 2002 accrû le poids de la dette publique de 300 milliards d’euros.

La somme provisoire des engagements de Nicolas Sarkozy fait apparaître un solde de dépenses nettes de plus de 77 milliards et que le projet de François Bayrou n’est toujours pas connu …

Ségolène Royal a indiqué que son projet se déploierait à prélèvements obligatoires constants, ce qui signifie : pas d’augmentation globale des impôts, taxes et cotisations sociales et qu’il devait être compatible avec l’hypothèse de croissance retenue de 2,5 % en moyenne par an pendant 5 ans et que l’objectif de désendettement maîtrisé de l’État doit être respecté.

La marge de manœuvre se situe donc autour de 35 milliards d’euros de dépenses nettes (dépenses brutes moins recettes nouvelles).

Les socialistes n’ont guère de leçons de gestion à recevoir d’une droite qui aura depuis 2002 accrû le poids de la dette publique de 300 milliards d’euros, accumulé près de 80 milliards d’euros de déficit sur la sécurité sociale et fait connaître à notre pays un déficit historique du commerce extérieur de 30 milliards d’euros et fait augmenter d’un point les prélèvements obligatoires.

Nous sommes donc prêts à une confrontation publique, sous le contrôle d’experts indépendants avec l’UMP sur deux thèmes :

Bilan comparé (économie, social, finances) des législatures 1997-2002 et 2002-2007.

Financements comparés des projets de Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy

Publié dans Divers

Commenter cet article