Attaques anti-Royal : l'extrême-gauche se trompe de combat

Publié le par Témoignage - parolesdemilitants.com

"Propositions inquiétantes", "elle tourne le dos à la volonté exprimée des Français", "ce n'est pas un programme", "on est reparti pour un tour"... ces petites phrases dures ont été prononcées par les candidats de l'extrême-gauche à propos du "pacte présidentiel" de Ségolène Royal. La droite et l'extrême-droite ont presque été moins virulentes qu'eux.

La gauche de la gauche se trompe de combat. Certes, personne ne leur demande de vanter les mérites du projet socialiste ou de faire l'éloge de Ségolène. Mais, tout de même, est-ce que les militants de gauche ne se sentent pas plus proches de Mme Royal que de MM. Sarkozy ou Bayrou ? Critiquer, bien entendu. Mais pourquoi déniger à ce point. Ils ont la même réaction que si, en face, il s'était agi de Nicolas Sarkozy ou Dupont-Aignan.

Ce jeu est dangereux. La gauche et la droite, ce n'est pas la même chose. Le parti socialiste et l'UMP n'ont pas le même programme. Olivier Besancenot sait qu'il exagère quand il écrit : "Enfermée dans sa bulle, la Ségosphère, elle a du mal à ressentir ce qu'est réellement la misère sociale". La LCR n'a pas le monopole de la misère sociale... Marie-George Buffet est moins véhémente, mais elle dénonce quand même les "propositions inquiétantes" de Ségolène Royal concernant la politique européenne. Même Laurent Fabius, fervent partisan du "non" ne parle pas de "propositions inquiétantes". Et Arlette Laguiller, quand elle affirme : "Ce n'est pas un programme, c'est d'abord une simple description et pour l'avenir, une incantation", est-ce qu'elle est vraiment sérieuse ? Quel est le "programme" de Lutte ouvrière ?

Seul José Bové fait preuve d'un peu d'optimisme et d'humour. "J'aurais presque envie de dire : 'socialistes, encore un petit effort et vous serez à gauche. Je pense qu'on est en train d'assister, j'espère, à un virage", a-t-il commenté. Il a bien compris quel était son rôle. Il sert d'aiguillon à la gauche, rappelle quelques principes. Mais il ne dénigre pas pour le plaisir de le faire. Et, surtout, il ne confond pas Ségo et Sarko.

Publié dans Divers

Commenter cet article