La nouvelle polémique sur les chiffres du chômage mobilise le Conseil national de l’information statistique

Publié le par Raphaël Anglade - betapolitique.fr

On savait qu’il y avait des radiations. On savait qu’il y avait plusieurs catégories de chômeurs. On savait que la démographie jouait un rôle. Mais, à force d’entendre les déclarations de MM. Villepin et Borloo on pensait quand même que les chiffres officiels avaient un peu baissé. Pas si sûr, pourtant.



En cette fin de présidence Chirac, les chiffres du chômage sont au centre de nombreuses polémiques.


Pour information, alors que le gouvernement Jospin avait fait baisser le chômage (définition du BIT) de 12,6 % à 9,1 % de la population active, le gouvernement Raffarin l’a laissé remonter jusqu’à 9,9 % avant qu’il ne reprenne son mouvement de baisse pour atteindre, nous dit-on, 8,7 % (voir notre article). Les déclarations triomphalistes de MM. Villepin et Borloo n’ont échappé à personne.


Bien sûr, on peut sourire et rappeler que ces résultats sont obtenus presque sans création d’emploi, et que la démographie a volé au secours du gouvernement. Sauf qu’il n’y a pas de quoi sourire...


Chacun sait que cette réalité statistique ne recouvre pas toute la réalité du chômage.


- l’INSEE compte six catégories de chômeurs. Seule la catégorie 1 (« personnes n’ayant pas exercé une activité réduite de plus de 78 heures dans le mois et recherchant un emploi à temps plein ») est présentée dans les chiffres officiels. Soit 2 280 000 personnes. En totalisant les six catégories, on atteint 3 720 000 chômeurs ! . Toutes ces subtilités sont très bien présentées par le Monolecte.

- différents collectifs comme « les autres chiffres du chômage » ou actuchômage dénoncent d’autres arrangements : les chômeurs âgés de plus de 55 ans, les chômeurs d’outre-mer, par exemple, ne sont pas comptabilisés. Au total, certaines évaluations font état de 5 millions de chômeurs .
- Et encore, ces résultats sont obtenus au prix de radiations radicales et parfois violentes. Selon le Monolecte les deux tiers des personnes qui quittent le chômage sont victimes de ces radiations  ;
- Et encore, on ne parle pas de tous ceux qui, victimes d’une société sans emploi, ont renoncé à rechercher un emploi.


Mais la réalité statistique elle-même est mauvaise, et cachée.


Tout ceci était connu. Une information beaucoup plus grave est révélée ce mercredi par le journal Le Monde.


Pour bien comprendre, il faut savoir que les chiffres mensuels du chômage, qui fournissent la matière des communications gouvernementales, proviennent des estimations de l’ANPE. Or, de nombreux chercheurs d’emplois ne se déclarent pas à l’ANPE. Chaque année, donc, l’INSEE publie, autour du mois de février, des chiffres corrigés. Ces chiffres sont généralement un peu plus mauvais que ceux de l’INSEE, mais chacun le saît et l’anticipe.


Or, cette année, l’INSEE n’a pas publié ces chiffres. Plusieurs voix se sont élevées pour s’en étonner et protester. La rumeur a enflé : le caractère très mauvais de ces chiffres corrigés avait poussé le gouvernement à retarder la date de publication de ces chiffres.


L’affaire est si grave que le Conseil national de l’information statistique, organe qui regroupe syndicalistes, patronat, économistes, représentants du Ministère de l’emploi... s’en est saisi et a convoqué l’INSEE qui devra venir s’expliquer ce jeudi 8 mars.


Or, deux administrateurs de l’INSEE et un syndicaliste de l’ANPE ont adressé, sous couvert d’anonymat, aux journaux, une note de 15 pages expliquant, chiffre à l’appui, que le taux de chômage à la fin 2006 ne serait pas de 8,7 % mais de 9,5 %... La note est suffisemment sérieuse pour être reprise par Le Monde, L’Express, La Tribune TF1 et la plupart des quotidiens nationaux.


9,5 % ! A peu près le chiffre atteint en fin de mandature par le gouvernement Jospin. 5 ans de « bataille pour l’emploi », des radiations sans équivalent dans le passé, des communiqués triomphants de M. Borloo... Tout ça pour rien ?


Sans compter ce soupçon sur l’utilisation des chiffres... Après ceux de la violence... Après les indices des prix... va-t-on révéler un trucage des chiffres du chômage ?

Publié dans Divers

Commenter cet article