Ariège : Augustin Bonrepaux communique: «Une aggravation insoutenable des inégalités»

Publié le par Désirs d'avenir 09

Quand Jacques CHIRAC avait promis une baisse de 30% de l’impôt sur le revenu, ceux qui l’avaient cru pensaient que tout le monde allait en bénéficier.



Même si elle n’a pas été de 30%, la baisse a bien eu lieu pour les catégories les plus aisées, approuvée chaque fois par Nicolas SARKOZY et François BAYROU qui a toujours voté les lois de finances jusqu’en 2005.


Les Français découvrent aujourd’hui la supercherie.
Les prélèvements obligatoires, c’est-à-dire l’ensemble des impôts et des prélèvements sociaux, ont atteint aujourd’hui un niveau record.

En réalité, au cours de ces cinq années, la seule préoccupation des amis de Nicolas SARKOZY et François BAYROU a été de baisser les impôts des 10% des Français les plus aisés assujettis à l’impôt sur le revenu et à l’impôt de solidarité sur la fortune.

La présentation médiatique de ces baisses a masqué l’augmentation insidieuse de la plupart des prélèvements qui touchent les classes moyennes et modestes: CSG, CRDS, hausse des impôts locaux provoquée par les transferts de charges de la décentralisation, journée de travail gratuit.

Après ces cinq années, l’aggravation des inégalités devient insoutenable et ce ne sont pas les revalorisations de dernière minute qui vont compenser les pertes de pouvoir d’achat.

Les classes moyennes et modestes n’ont rien à espérer des programmes fiscaux de Nicolas SARKOZY et de François BAYROU. Le premier propose la poursuite de la même politique en pire puisque son principal objectif est de supprimer l’impôt de solidarité sur la fortune.
Le second propose de financer son programme par une réduction des dotations aux collectivités locales ce qui provoquera une nouvelle escalade des impôts locaux.

Par email, Augustin Bonrepaux, Député de l'Ariège

Publié dans Divers

Commenter cet article