INSEE, ANPE, chiffres contestés...

Publié le par Patrick Salmon - www.agoravox.fr


L’Insee reporte à l’automne la publication de son enquête emploi habituellement divulguée chaque mois de mars; «cette panne «technique» entretient donc le soupçon» écrit «Le Monde» dans son éditorial le 8 mars. Par ailleurs, chaque mois les chiffres officiels du chômage sont systématiquement contestés. Le débat sur les statistiques du chômage revient régulièrement dans la campagne présidentielle. Au-delà des constats et des critiques, le temps est venu de proposer des évolutions. Ce qui est nouveau dans ce débat, c’est qu’enfin arrivent les premières propositions d’évolution à travers les voix, entre autres, de Jean-Marc Ayrault (PS) et du député UMP Bernard Debré.


Le premier objectif est atteint : à l’exception du premier ministre et de quelques uns de ses affidés, plus personne n’accorde d’intérêt aux chiffres officiels du chômage diffusés chaque fin de mois (la catégorie 1 des chômeurs). Tout le monde sait désormais que les chiffres de cette catégorie ne reflètent aucunement la réalité du chômage et de la précarité. En conséquence, chacun y va de ses propres estimations : trois millions et demi de chômeurs pour François Chérèque, le secrétaire général de la CFDT (France Inter, le 29 janvier), quatre millions selon le collectif ACDC (les Autres Chiffres Du Chômage), Même Nicolas Sarkozy reconnaît l’approximation dans son livre Témoignage paru en juillet 2006 : « Si l’on ajoute tous ceux qui sont artificiellement sortis des statistiques et si l’on isole le secteur public sans risque de chômage, on aboutit à un chômage de 20 % ».


Face à un tel constat, il est nécessaire de faire évoluer la situation. Il faut une statistique médiatisée qui prenne en compte, entre autres, les chômeurs des DOM (200 000 environ), les dispensés de recherche d’emploi (412 000 chômeurs âgés) ou encore les 452 000 personnes travaillant à temps partiel ou temporaire contraint ainsi que les 320 000 personnes non immédiatement disponibles car le plus souvent en formation ou en stage. « Quelle nouvelle présidente, quel nouveau président, acceptera de démarrer son quinquennat en affichant plus de quatre millions de chômeurs ? » demandions nous dans un précédent article. La réflexion fait son chemin et, au-delà du constat précédemment décrit, plusieurs propositions d’évolution sont désormais en débat. Citons, entre autres, les récentes déclarations de Jean-Marc Ayrault (PS) et de Bernard Debré (UMP).


Bernard Debré, tout d’abord. C’était dans « les Grandes Gueules », sur RMC le 7 mars dernier. Le député UMP affirme que, s’il est réélu, il fera une proposition de loi afin que l’on publie les vrais chiffres, « que l’on mette les huit catégories si vous voulez (...) Si on continue à dissimuler, on va encore une fois montrer du doigt des politiques. J’en ai assez que l’on dissimule... » a notamment affirmé Bernard Debré.


Jean-Marc Ayrault, ensuite. Le 6 mars dernier, dans une lettre adressée à Dominique de Villepin, le président du groupe socialiste à l’Assemblée conteste les chiffres officiels du chômage et demande, entre autres, « une présentation, chaque mois, de l’ensemble des catégories de chômeurs ». Nul doute que cette demande sera aussi bientôt une proposition de la candidate socialiste. Toujours est-il qu’une expression de Ségolène Royal sur ce thème est attendue... Ségolène Royal qui, très tôt dans la campagne, dès le printemps 2006, critiqua « les chiffres du désordre » sur son site Désirs d’avenirs.


Que le débat se poursuive... Rappelons ici une position déjà défendue dans deux précédents articles : les indicateurs d’activité (solde des créations/destructions d’emplois) et de pauvreté ainsi que le nombre total de chercheurs d’emploi devraient être au cœur de la « station météo de l’emploi et de l’activité » qui servirait d’indicateur majeur aux décideurs.


A lire en complément :


Bâtir une station météo de l’emploi et de l’activité


http://www.agoravox.fr/article.php3 ?id_article=16012

Publié dans Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article