Les Allemands séduits par Royal

Publié le par Sabine Syfuss-Arnaud - www.challenges.fr


Depuis qu’elle a rencontré la chancelière conservatrice Angela Merkel, le 6 mars dernier, Ségolène Royal suscite un intérêt grandissant outre-Rhin.

Le jour de la poignée de main à la chancellerie déjà, beaucoup de journalistes allemands se sont pressés autour de la candidate socialiste. "Bien plus que lors de la visite de Nicolas Sarkozy, trois semaines plus tôt", observait la correspondante d’une radio française. Sans doute le psychodrame d’Airbus y était pour beaucoup, de même que la curiosité de savoir comment deux femmes pugnaces et ambitieuses, mais de couleur politique différente, pouvaient s’entendre.

La socialiste n’a pas déçu. Happée à sa sortie par une nuée de caméras, elle parlait, plus souriante que jamais, d’une "certaine complicité". Dans sa courte déclaration, elle utilisait même deux fois le mot "convergence", deux fois "échange". Et… neuf fois le verbe "partager".

Depuis, la Française cartonne dans les kiosques. Sa première biographie en langue allemande vient de paraître, et s’est fait une place de choix sur les présentoirs des librairies. Ecrit par un ancien correspondant de la télévision allemande à Paris, Heiko Engelkes, l’ouvrage, publié chez l’éditeur grand public Auflauf, s’intitule "Eine Frau auf dem Weg der Macht", "une femme sur le chemin du pouvoir". Le journaliste vient de terminer un road show dans toute l’Allemagne, où il a présenté son livre, jusqu’à la Foire de Leipzig, en Saxe.

Le matin même de la rencontre entre la candidate et la chancelière, il était invité de la célèbre émission de télé du matin "Morgenmagazin", et expliquait les ressemblances entre ces deux femmes qui ont dû lutter pour s’imposer dans un milieu politique macho. Cet essai est la troisième biographie qu’Engelkes écrit sur une célébrité française, après Mitterrand et Chirac.

Consécration suprême, ce mois-ci Ségolène Royal fait la "une" du magazine "Emma", célèbre porte drapeau des féministes. Sous une photo de la candidate tout sourire, le mensuel demande: "sera-t-elle la 13e femme chef d’Etat", après Angela Merkel, Michelle Bachelet et autres Micheline Calmy-Rey de Suisse ou Tarja Halonen de Finlande... Alice Schwarzer, éditorialiste et grande prêtresse de l’émancipation féminine, parle d’un "Merkel-Effekt". Elle parie sur la victoire de Ségolène et Hilary.

C’est la deuxième salve d’articles sur la candidate socialiste, parue chez nos voisins. La première avait été publiée début 2006, quand Ségolène Royal avait habilement mis en scène son soutien à Michelle Bachelet, au Chili. Les jours qui ont suivi, les journaux et magazines germanophones, d’Allemagne et de Suisse, ont été remplis de portraits de "Royal Präsidentin".

par Sabine Syfuss-Arnaud, grand reporter à Challenges.

Publié dans Divers

Commenter cet article