Relations tendues entre Nicolas Sarkozy et France 3

Publié le par Désirs d'avenir 09

Lundi 2 avril, les syndicats de France 3 Lille ont dénoncé “le contexte de mise en cause” de leur chaîne par Nicolas Sarkozy. Après un incident assorti de menaces à l’égard de la direction de France 3 dans les coulisses de "France Europe Express" du 18 mars 2007, Nicolas Sarkozy, tout aussi irrité n’a pas hésité à qualifier de “malhonnête” et “quelque peu politique”, sur le plateau du JT de la station de Lille le 28 mars, un reportage sur la fabrication de passeports biométriques.

Conséquence des multiples tensions auxquelles est soumis un candidat à la présidence de la République ou résurgence de la véritable personnalité de Nicolas Sarkozy, le divorce semble aujourd’hui consommé entre ce dernier et les journalistes de France 3. Une nouvelle fois, c’est par le canal de l’hebdomadaire satyrique Le Canard enchaîné du 21 mars, très en verve pour cette campagne, que l’information est sortie.

Obligé de patienter dans les coulisses de France Europe Express du 18 mars 2007, avant de se faire maquiller le ministre-candidat d’alors aurait selon le célèbre palmipède piqué une de ses colères coutumières.
“Personne n’est là pour m’accueillir. Toute cette direction [celle de France 3], il faut la virer. Je ne peux pas le faire maintenant. Mais ils ne perdent rien pour attendre. Ca ne va pas tarder.” L’invité aurait fait mine de rebrousser chemin jusqu’à ce que Christine Ockrent vienne en personne le calmer en lui permettant d’accéder à une loge de maquillage de France 2 destinée à Marie-George Buffet, attendue pour une autre émission.


L’incident avait donné lieu à un communiqué peu amène de la Société des Journalistes de France 3 à l’égard de Nicolas Sarkozy : “Les Français sont désormais prévenus ! L’une des priorités de Nicolas Sarkozy s’il est élu président de la République sera de couper des têtes à France 3. A la trappe ces directeurs qui tardent à exécuter les courbettes. Le ministre-candidat avait déjà habitué notre rédaction à ses poses agacées, à ses humeurs dans nos locaux, face à une rédaction qui ne lui semble manifestement pas suffisamment docile. Comme cette récente provocation gratuite à l’adresse d’un journaliste du service politique : « Ca ne doit pas être facile de me suivre quand on est journaliste de gauche ! ». Désormais, c’est à la direction qu’il veut s’en prendre ? La Société des Journalistes de la rédaction nationale de France 3 ne peut qu’être scandalisée par une telle attitude de la part d’un candidat à la plus haute magistrature de France. Nous nous inquiétons que M. Sarkozy puisse afficher sans aucune gêne un tel mépris pour l’indépendance des chaînes de service public.”


Plus qu’un dérapage, les faits sont révélateurs d’un trait de caractère et de la représentation que se fait Nicolas Sarkozy de ses relations avec les médias, à savoir soumission et docilité. Des relations dans lesquelles l’indépendance de ton n’a à priori pas sa place. Fidèle à cette conception, Nicolas Sarkozy a déjà à son tableau de chasse Alain Généstar débarqué de Paris Match pour avoir osé publier des photos de son épouse avec sa relation extraconjugale d’un temps. Puis, il y eut le coup de téléphone à Edouard de Rothschild pour se plaindre de Libération, qualifié de “journal de merde”.


Dernier événement donc, mercredi 28 mars, à l’occasion d’une interview réalisée à 17h30 pour le JT lillois de 19h, Nicolas Sarkozy qualifie de ”malhonnête“, de “sommaire” et de “quelque peu politique” un reportage sur l’imprimerie nationale de Douai qui reprochait au ministre de l’Intérieur de ne pas avoir respecté la loi
. Auparavant et hors antenne, Nicolas Sarkozy aurait déjà évoqué le manque de professionnalisme de la station pour avoir patienté en studio avant l’interview, seul avec les cadreurs, quelques poignées de secondes.


Sarkozy agresse une journaliste




Publié dans Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article