Revue d'articles citoyens... (5)

Publié le par www.agoravox.fr / www.betapolitique.fr



Il est troublant de constater l’incroyable silence qui règne autour des véritables dérapages du candidat UMP Nicolas Sarkozy. Pourtant ceux-ci ont des conséquences particulièrement sérieuses. Il n’est pas nécessairement exagéré de dire que sa politique globale de sécurité et ses propos disproportionnés et indignes d’un ministre de la République (une jeunesse des quartiers sensibles qualifiée de « racaille » à nettoyer au « Kärcher ») ont provoqué, ou au moins aggravé, la crise des banlieues à l’automne 2005. Sans parler à ce propos des mensonges de la version officielle du drame de Clichy (décès dans un transformateur EDF de deux jeunes poursuivis par des policiers) donnée aux chaînes de télévisions par le ministre d’Etat Sarkozy qui savait ce qu’il faisait (ou s’il ne le savait pas, il a alors fait preuve d’une grave incompétence)... (Pour lire la suite de cet article, cliquez sur le titre)






"L’assurance maladie solidaire en danger"  ! C’est le cri d’alarme lancé par trois médecins généralistes, Christian Lehmann, Philippe Sopena et Martin Winckler, auteurs d’un Appel contre la franchise Sarkozy. "En matière d’assurance maladie l’UMP et Nicolas Sarkozy ont une idée fixe  : l’augmentation des dépenses de santé, ce serait d’abord et avant tout la faute des patients. Il faudrait donc les « responsabiliser », c’est-à-dire les pénaliser financièrement pour «  qu’ils consomment moins », ou, au minimum, pour que "la Sécu rembourse de moins en moins," expliquent nos lanceurs d’alerte... (Pour lire la suite de cet article, cliquez sur le titre)



Michel Rocard remet à Ségolène Royal son rapport sur la société de la connaissance


A la demande de Ségolène Royal, l’ancien Premier ministre, Michel Rocard, a remis à la candidate socialiste un rapport de 70 pages intitulé République 2.0 bêta, vers une société de la connaissance ouverte.

Préparé avec une dizaine de jeunes experts proche du PS, sous la houlette du député européen fer de lance de la réflexion sur le brevet logiciel, ce rapport est placé sous une ligne de force qui peut être résumée comme suit : le développement d’une société de la connaissance, qui respecte la liberté, l’échange et l’ouverture, est un horizon extraordinaire pour tous. Il faut avant tout respecter ce qui la rend possible : les libertés d’expression, les libertés d’usage de tout ce à quoi on accède légalement, les libertés d’innovation. D’autres droits peuvent limiter l’exercice de ces libertés, mais jamais leur principe même. Ces libertés ne vont pas de soi. De puissants groupes d’intérêt n’auront de cesse de les rogner. Le respect des libertés fondamentales constitutives d’Internet devrait être la préoccupation constante et la principale caractéristique du prochain mandat présidentiel... (Pour lire la suite de cet article, cliquez sur le titre)



Avant le vote : mode d’emploi pour porter plainte contre les machines à voter

 
Différents rapports montrent que les machines à voter n’assurent pas la sécurité du processus électoral. Cet article détaille les possibilités qui sont offertes à tout élécteur d’une commune ainsi équipée de constester la décision de sa ville après du tribunal administratif.
Juridiquement, le régime des machines à voter dépend de l’article L-57-1 du Code électoral. Celui-ci prévoit deux groupes de conditions :
L’obtention d’un agrément du Ministère de l’intérieur
Et le respect d’un certain nombre d’obligations assez factuelles.
Notamment, la dernière de ces obligations consiste à imposer que toutes les machines à voter fonctionnent avec un système de deux clés différentes. Elles ne doivent « pouvoir être utilisées qu’à l’aide de deux clefs différentes, de telle manière que, pendant la durée du scrutin, l’une reste entre les mains du président du bureau de vote et l’autre entre les mains de l’assesseur tiré au sort parmi l’ensemble des assesseurs. »... (Pour lire la suite de cet article, cliquez sur le titre)



François Bayrou, la queue de poisson


Je vais devoir encore une fois évoquer François Bayrou. Je ne le voulais pas. Je ne voulais pas, je ne voulais surtout pas ajouter de la dureté à la dureté, de la dureté dure à la dureté plus dure que prévue de la campagne plus dure que prévue. Mais je vais bien devoir évoquer les « zig zag » effrontés de François Bayrou. C’est à Reims le 2 avril qu’il a choisi de faire sa démonstration politique de course poursuite : « Je prétends que sur bien des sujets, je suis plus à gauche qu’eux. Il y a des jours où j’ai l’impression de défendre davantage de valeurs que cette gauche-là. Il y a des choses que le Parti socialiste a oubliées »... (Pour lire la suite de cet article, cliquez sur le titre)



Le cas Nicolas Sarkozy : les tendances paranoïaques d’un sujet soumis à une overdose de meetings


Ces dernières semaines, Nicolas Sarkozy a utilisé trois rhétoriques en cascade qui en disent long sur son état personnel...
1) Il continue de distribuer les bon points de l’Histoire : la Nation Française mérite d’être glorifiée car au moins, elle, n’a pas inventé la Solution finale...
Lorsqu’il veut galvaniser la Nation, il le fait en insistant surtout sur le fait que d’autres Nations ont des choses terribles à se reprocher (les Allemands étaient bien des nazis, souvenez-vous), tandis que nous, en comparaison, nous n’avons pas à rougir de notre passé ni de notre identité...
(Pour lire la suite de cet article, cliquez sur le titre)



On a enfin trouvé le programme de Sarkozy

Depuis le début de la campagne, Nicolas Sarkozy (le ministre - président de conseil général - adjoint au maire de Neuilly - président de l’UMP - président de société d’économie mixte) s’était bien gardé de donner son programme. Il avait certes multiplié les promesses sectorielles, mais il y en avait tant, et tellement variables, que personne ne pouvait réellement entreprendre de les réfuter.
Il y avait bien un coût, certes, puisque les amis du patron de l’UMP nous certifiaient que son programme ne dépassait pas les 50 milliards d’euros, à quoi le PS rappelait la promesse de baisses d’impôts de 4 % du PIB, soit quatre fois plus que tatcher elle-même et 72 autres milliards d’euros. Mais de véritable engagement du candidat, point...
(Pour lire la suite de cet article, cliquez sur le titre)



Beaucoup d'autres articles sont disponibles sur ces deux sites...
N'hésitez pas à vous y ballader...
Bonne lecture, et restez des citoyens actifs...

Publié dans Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article