Ségolène Royal en meeting à Montpellier (discours, vidéos et réactions)

Publié le par Désirs d'avenir.org

Ce n'est pas pour moi que je veux grimper je ne sais quelle dernière marche, c'est la France que je veux relever.


"Je remercie du fond du coeur tous les candidats de la gauche et des écologistes qui, sans tarder, ont parlé pour se rassembler sur mon nom. Avec une pensée particulière, si vous le permettez, pour Arlette Laguiller", déclare Ségolène Royal, rappelant que c'était "la première fois" depuis 1974 que la candidate de LO appelait à voter pour le candidat du PS au second tour d'une présidentielle.

Elle remercie "tous les autres: Marie-George Buffet, José Bové, Dominique Voynet, Olivier Besancenot". "Je leur dis que leurs idées et leur idéal ne seront pas oubliés dans le pacte présidentiel".

Par ailleurs, la candidate socialiste estime que les Français ont un "choix clair" à faire le 6 mai entre "deux voies", celle de la "division" incarnée à ses yeux par Nicolas Sarkozy et celle de la "réconciliation" qu'elle promeut.

"Le 6 mai, le choix est clair. Il y a désormais deux voies possibles. Il y a la voie de la division et celle de la réconciliation", lance-t-elle devant quelque 9.000 personnes.

"Il y a la voie du chacun pour soi, de la concurrence, et celle de la réforme dans le calme. Il y a le choix entre reconduire la majorité sortante, son candidat, ses méthodes, ses échecs répétés ou bien essayer autre chose et changer de politique".

"Il y a le choix entre le candidat soutenu par Berlusconi et la candidate soutenue par Zapatero".

"L'élection présidentielle, c'est vous qui allez la faire, vous citoyens et citoyennes. Ce ne sont pas des additions arithmétiques".

"Ne vous laissez pas faire par les additions arithmétiques, car la politique c'est une multiplication de forces, de talents, d'énergies".

"Moi, mon projet, c'est vous. Ce n'est pas pour moi que je veux grimper je ne sais quelle dernière marche, c'est la France que je veux relever. "



Meeting de Ségolène Royal à Montpellier : réactions


Plus de 11 000 personnes sont venues soutenir la candidate qui tenait meeting dans la capitale languedocienne. Ce premier grand meeting de la campagne du second tour a réuni de nombreuses figures politiques, comme par exemple Daniel Cohn-Bendit qui a enflammé la salle avant le discours de Ségolène Royal par une prise de parole virulente contre le candidat de l’UMP. Des artistes comme le chanteur Cali, ou l’actrice Julie Gayet étaient eux aussi présents.







Meeting à Montpellier : “Welcome dans le club de ceux qui veulent changer la France”

Meeting de Ségolène Royal à MontpellierDevant plus de 9000 personnes, c’est Daniel Cohn-Bendit qui a enflammé Montpellier avec trois lettres : TPS. “Tous pour Ségolène !”. “Welcome dans le club de ceux qui veulent changer la France” a-t-il lancé avant de saluer “l’audace de l’initiative de Ségolène d’ouvrir le dialogue avec les électeurs du centre” et d’interpeler directement François Bayrou, rappelant son soutien à Romano Prodi face à Berlusconi, rappelant le geste des députés MRP qui ont dit non à la guerre d’Algérie et rejoint la gauche. “Il faut être clair dans la vie. Il faut être simple dans la vie (…) tu ne peux être que pour la candidate du renouveau, de la modernisation de la France, de la gauche, de toute la société française” a-t-il dit avant d’appeler à la tribune Ségolène Royal.


Ségolène Royal a tenu d’emblée à saluer la participation massive des électeurs dimanche qui l’engage à “un devoir de victoire”, pour tous les français qui veulent que ça change, pour répondre à cet élan populaire qui veut transformer l’avenir de la France et lui éviter de s’enfoncer dans le déclin.


C’est donc un nouvel appel qu’elle a lancé à Montpellier, un appel au “plus grand nombre de Françaises, de Français à se rassembler autour des idées et des actions du pacte présidentiel”.


Ce pacte présidentiel qui sera le pacte du redressement de la France. “Je veux rendre la France fière de son choix, de son audace, de ce dépassement, car c’est comme cela qu’elle retrouvera confiance en son avenir, et que chacun saisira qu’il a un rôle à jouer pour bâtir cet avenir.”


Ce redressement, il aura lieu en réhabilitant la valeur travail et en gagnant le combat du plein emploi.
La France présidente sera aussi celle de l’excellence écologique, ce sera “une France généreuse pour une jeunesse libre et responsable” et qui fera de l’éducation une priorité.
Ce sera aussi une France qui se remet à la table de l’Europe pour défendre sa place dans les actions de paix et de co-développement à l’échelle du monde.


“J’appelle toutes celles et tous ceux qui partagent ces valeurs à converger majoritairement vers le pacte présidentiel, c’est cette convergence qui fera la dynamique électorale et les conditions de la victoire, qui constituera la majorité présidentielle de la France présidente le 6 mai” à lancé la candidate avant de remercier “du font du coeur” tous les candidats de la gauche et des écologistes qui ont appelé à se rassembler sur son nom. Avec un pensée particulière pour Arlette Laguiller, qui pour la première fois depuis 1974 a appelé à voter pour la candidate socialiste, Ségolène Royal a fait applaudir l’ensemble des noms des candidats de la gauche et souligné que leurs idées ne seront pas oubliées dans le pacte présidentiel.


Pour écarter le danger d’une droite dure et de reconduire la majorité sortante aux erreurs répétées, elle a appelé à donner au rassemblement toutes les couleurs de l’arc en ciel.


“Le choix est clair” a-t-elle dit : “il y a deux voix possibles, la voix de la division et celle de la réconciliation que je veux incarner”.
C’est en femme libre qui ne dépend d’aucune puissance d’argent et qui sait s’affranchir des dogmes qu’elle entend incarner cette France présidente, pour servir et non pas se servir.


Stigmatisant le candidat de l’UMP qui n’estime n’avoir plus qu’une marche à monter, “c’est toute une montagne que [Ségolène Royal] nous invite à gravir” pour construire “une France qui renoue avec l’idéal de la république, l’idéal des lumières qui en fait sa force et sa beauté”.


Appelant à faire encore enfler le mouvement, “je compte sur vous, tournez vous vers les français pour que nous soyons nombreux, très nombreux à être fiers le 6 mai de notre audace et de notre choix”. Ce choix de porter une Femme à la présidence de la République, ce sera un événement planétaire et nous ne le regretterons pas !” a conclu la candidate devant une salle qui a scandé durant de nombreuses minutes “Ségolène présidente” avant d’entonner la Marseillaise. Ce soir à Montpellier, le mouvement était inarrêtable et nous entrainera jusqu’au 6 mai.


Publié dans Divers

Commenter cet article