Ségolène Royal invitée de Dimanche+ (29.04.07)

Publié le par Désirs d'avenir 09

Il faut accepter aussi de rendre des comptes sur son action politique sans crier tout de suite à l'agression.


"Je n'oublie pas les candidats à gauche et les écologistes qui m'ont soutenue aussi dès le soir du 1er tour".

"J'entends parfois des propos de mépris à l'égard de l'extrême gauche. Mais moi, quand j'entends dire « nos vies valent plus que des profits », le slogan d'Olivier Besancenot, je suis d'accord avec cela. Lorsque j'entends que la mondialisation doit avoir des règles plus justes et notamment qu'il faut garantir la sécurité alimentaire des pays les plus pauvres, je suis d'accord avec cela".

"Lorsque j'entends Arlette Laguiller dire qu'il faut respecter la dignité des travailleurs et que l'élection de Nicolas Sarkozy serait un danger pour les travailleurs les plus modestes et aggraverait la précarité. Je suis d'accord avec cela".

"Je travaille en rassemblant ceux qui pensent que la France peut se réformer en protégeant la dignité des hommes et des femmes".

Interrogée sur l’éventualité de prendre François Bayrou comme premier ministre, Ségolène Royal répond : "Je ne m'interdis rien. Je pense que ce n'est pas ce qui se passera mais je ne m'interdis rien sur le choix de mon Premier ministre". La candidate socialiste qualifie d'"utile" et d'"agréable" son débat avec le leader centriste. "J'ai discuté en toute transparence devant tout le monde avec François Bayrou, ce qui a fait apparaître des points forts de convergences", notamment sur un "Etat impartial".

Désormais "c'est aux électeurs d'en décider, ils sont libres".

Elle s'est dit "prête" à compléter son pacte présidentiel et "demain si je suis présidente de la République, toutes les bonnes idées seront utiles au pays car moi je ne prétends pas avoir la science infuse, je suis à l'écoute".

De François Bayrou, elle affirme que c'est "un homme qui a eu du cran pour faire ce qu'il a fait et qui sincèrement pense qu'on peut dépasser les clivages et les oppositions traditionnelles".

Questionnée sur la présence de ministres UDF au gouvernement, si elle est élue, elle a affirmé : "j'ai dit et je le confirme que tous ceux qui viendront sur le pacte présidentiel, qui viendront m'aider à redresser la France tous ceux là ont vocation à faire partie d'un gouvernement".

Ségolène Royal assure avoir déjà en tête le nom de son futur Premier ministre sans lui avoir "encore" dit. "Et en même temps, vous savez il y a beaucoup de talents, donc il y a aussi plusieurs possibilités, j'attends le verdict des Français".

A propos du débat avec Nicolas Sarkozy qui aura lieu mercredi, elle estime qu’ "il y aura une confrontation beaucoup plus nette, sans que quiconque puisse se poser en victime".

"Je crois qu'il faut accepter le débat démocratique, il faut accepter aussi de rendre des comptes sur son action politique sans crier tout de suite à l'agression. Je ne me sens pas du tout dans une posture de victime malgré les coups que j'ai reçus".


Publié dans Divers

Commenter cet article