Drôles de voeux

Publié le par Désirs d'avenir 09

Dimanche soir, Jacques Chirac adressera ses douzièmes souhaits aux Français. Après une année plus facile pour lui que 2005, le chef de l'Etat, qui maintient l'incertitude sur sa candidature, veut encore peser avant des élections majeures. Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal ont d’ailleurs déjà indiqué quand et comment ils feront de même.


Une douzième, et peut-être ultime fois, depuis 1995

Dimanche, à 20h et depuis l'Elysée, Jacques Chirac entamera à 74 ans un rituel des vœux à au moins deux titres singulier. Ce seront les derniers de son quinquennat et probablement les derniers de sa carrière. Car même s’il ne souhaite pas paraître s'effacer en n'annonçant qu'au cours du premier trimestre s'il brigue ou non un troisième mandat, les sondages lui sont défavorables et beaucoup, y compris dans son camp, évoquent un âge et une santé plutôt synonymes de retrait(e). Nombre de chiraquiens en ont d’ailleurs pris acte en ralliant Nicolas Sarkozy, qui n'était d'évidence pas le candidat du chef de l’Etat, et qui devrait être plébiscité par l'UMP le 14 janvier. Ce dimanche, rentré de vacances au Maroc, Jacques Chirac devrait justement évoquer la préparation de la présidentielle et des législatives, les priorités de l'action du gouvernement, le combat contre le chômage, la cohésion sociale ou les conditions de maintien du dynamisme économique. Mais aussi la place de la France dans le monde, la construction européenne ou le logement social et la précarité qui ont notamment par l’action des Enfants de Don Quichotte pris le devant de la scène politico médiatique de cette fin d’année. Selon l'Elysée, ce sera "l'occasion de tracer des perspectives". "Il évoquera les grandes échéances qui, à ses yeux, doivent être présentes dans l'esprit des Français". A l'heure de présenter ses derniers voeux aux Français, François Mitterrand déclarait le 31 décembre 1994 : "L'an prochain ce sera mon successeur qui vous exprimera ses voeux" et "là où je serai, je l'écouterai". Et d’ajouter : "Je crois aux forces de l'esprit et je ne vous quitterai pas". A moins d’un spectaculaire retournement de situation, Jacques Chirac ne devrait ni s’exprimer dans le même registre ni même tirer de bilan de son action depuis 1995.


Sarkozy lundi, Royal jeudi

Toujours un brin insolent, Nicolas Sarkozy, présentera lui ses voeux aux adhérents de l'UMP sur Internet dès lundi 1er janvier. Alors que les traditionnelles cérémonies des vœux présidentiels, qui s'étalent sur une dizaine de jours, commenceront cette année le 3 janvier. Ce service de presse du parti dirigé par le ministre de l’Intérieur a précisé ce vendredi que "Le président de l'UMP délivrera un message vidéo aux fédérations". Sûrement une façon de vouloir à nouveau privilégier le Web après le scoop de liberation.fr sur sa candidature avant l’ensemble de la presse écrite régionale. Et d’autant que Nicolas Sarkozy semblait avoir longtemps gardé sur la Toile une longueur d'avance sur ses concurrents.
Du côté du Parti socialiste, Ségolène Royal, présentera "ses voeux aux Français" jeudi depuis le siège du PS, rue de Solférino, qui est aussi son siège de campagne, a annoncé vendredi son entourage. La candidate socialiste à la présidentielle "fera sa déclaration de voeux aux Français pour l'année de 2007" à midi, avant, dans l’après-midi, un point de presse sur son voyage en Chine prévu à partir du lendemain.


Onze années de voeux



1995 - RIGUEUR. Après un mois de décembre difficile (grèves et manifestations contre le plan Juppé), le chef de l'Etat justifie "le tournant de la rigueur" : "C'est au nom de l'emploi que nous remettons nos finances publiques en ordre".

1996 - MODERNISATION. "Il n'est pas facile d'adapter la France à son temps. Au-delà des blocages et des conservatismes, je vois une preuve de dynamisme et de vitalité". Mais "la France change, la France se modernise, les Français se mobilisent".

1997 - COHABITATION. Le président définit son rôle : "Une nouvelle majorité a été élue. J'interviendrai chaque fois que les intérêts de la nation seront en jeu pour vous dire ce que je crois être bon pour les Français ou, au contraire dangereux pour la France". Il insiste sur la lutte contre l'insécurité.

1998 - MONDIALISATION. "A l'occasion exceptionnelle de cette dernière année avant un millénaire", il plaide pour que "les changements qui nous inquiètent parfois" face à "la mondialisation en marche", soient "porteurs de progrès si nous savons non seulement les maîtriser, mais surtout si nous savons humaniser, civiliser cette mondialisation". Il insiste sur la lutte contre le chômage et l'insécurité en France.

1999 - ETHIQUE. Au lendemain de la marée noire et des tempêtes de Noël, le président salue "l'exceptionnel élan de solidarité" des Français. "Au moment où nous touchons aux portes de l'An 2000", "ce soir, ce qui importe c'est l'avenir", dit-il. Les progrès "ne prendront tout leur sens que s'ils bénéficient à l'homme". "Le XXIème siècle doit être le siècle de l'éthique".

2000 - UTILE. Jacques Chirac souhaite "une année utile", "pour la planète", "pour l'Europe" et "pour la France" où "il faut faire dès maintenant les réformes qui préparent l'avenir, celles que beaucoup de nos voisins ont déjà faites". "Une année utile enfin pour notre démocratie". "Ne laissons jamais abaisser le dialogue républicain".

2001 - EURO. "Avec l'arrivée de l'euro, nous allons vivre dans quelques heures un moment historique". "Mais pour que l'euro tienne ses promesses", "de grandes réformes de modernisation devront encore être engagées" et "la cohésion nationale est essentielle".

2002 - REFORMES. Pour les premiers voeux de son quinquennat, le président se dit "persuadé "qu'"au-delà de clivages dépassés", le rassemblement est "devenu possible pour conduire les réformes" qui ont été "trop longtemps retardées", notamment celle des retraites, car "ce serait un grand péril de ne pas la faire".

2003 - EMPLOI. Saluant "le retour de la croissance", il explique que "tout l'enjeu de l'année 2004 est de tirer le meilleur parti de cette croissance, avec une priorité: l'emploi".

2004 - CONSTITUTION EUROPEENNE. Après avoir exprimé son "émotion" après "la terrible catastrophe" du tsunami en Asie, il annonce que "la Constitution européenne sera soumise par referendum avant l'été". Il appelle à "tout faire pour que la croissance profite à l'emploi".

2005 - ACCELERER. "Ensemble, nous allons accélérer notre action", déclare le chef de l'Etat, après avoir reconnu les "tensions" et les "interrogations de 2005, comme le non au referendum européen et la crise des banlieues.

Publié dans Divers

Commenter cet article

chris 30/12/2006 18:38

http://profencampagne.over-blog.com/
Chers amis,
J' ai créé ce blog qui traite d' Education
C' est un blog "ségoléniste"
Merci d' en faire la promotion après l' avoir visité
Amitiés et Bonne année 2007
Chris