Shinzo Abe rencontre Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy

Publié le par Associated Press

Avant de quitter la France, le Premier ministre japonais Shinzo Abe s'est entretenu samedi à Paris avec la candidate socialiste à la présidentielle Ségolène Royal, puis avec le ministre de l'Intérieur et candidat de l'UMP Nicolas Sarkozy.

Le chef du gouvernement nippon, qui achevait une tournée européenne destinée à renforcer les liens de son pays avec l'OTAN, avait rencontré vendredi le président Jacques Chirac à l'Elysée. C'était la première fois que les deux hommes se rencontraient depuis l'arrivée au pouvoir de Shinzo Abe en septembre dernier.

Samedi, Shinzo Abe a d'abord rencontré dans la matinée Ségolène Royal pendant 20 minutes à l'hôtel Royal Monceau, puis Nicolas Sarkozy à la résidence de l'ambassadeur japonais. A l'issue de sa rencontre avec le Premier ministre nippon, la candidate socialiste a tenu à préciser devant la presse que cet entretien, "très cordial", avait "été pris à la demande" du chef du gouvernement japonais.

C'était "un vaste tour d'horizon, à la fois diplomatique, stratégique, économique, environnemental et sociétal", a-t-elle expliqué. Ils ont notamment abordé le rôle joué par le Japon contre la prolifération nucléaire. "Il connaissait mes positions extrêmement strictes et fermes contre la prolifération nucléaire, notamment en Iran et en Corée du Nord", a noté Ségolène Royal.

"Le Premier ministre japonais m'a interrogé sur la façon dont l'Europe allait pouvoir être relancé, puisqu'avoir un interlocuteur européen solide est une question très importante là aussi pour un équilibre dans un monde multipolaire", a-t-elle poursuivi.

De son côté, Shinzo Abe a mis en garde les dirigeants européens contre la levée de l'embargo sur les ventes d'armes à la Chine, critiquant "le manque de transparence autour de l'équipement militaire" de Pékin. "Lever l'embargo sur les armes (...) pourrait constituer une menace pour la sécurité en Asie", a-t-il prévenu.

Publié dans Divers

Commenter cet article