Le karchériseur karchérisé...

Publié le par Ludovic Charpentier - agoravox.fr

Il y a peu, le staff de Nicolas Sarkozy avait lancé plusieurs missiles en direction de Ségolène Royal. En guise de missiles, ce sont plutôt des boomerangs : ils viennent juste de revenir sur leurs envoyeurs...


Ségo/Sarko/Bourdin match vraiment nul !




Le 24 janvier, sur RMC, dans l’émission matinale de Jean-Jacques Bourdin, Ségolène Royal avait été touchée - coulée sur une question d’arsenal militaire. Ségolène n’avait pas su donner le nombre exact de sous-marins nucléaires lanceurs d’engins, estimant ce nombre entre "un et deux" alors que la France dispose de quatre sous-marins de ce type. Dès lors, l’état major de l’UMP avait sorti l’artillerie lourde pour torpiller la candidate, le cuirrassé MAM allant même souligner les "graves lacunes inquiétantes de la candidate". Ceci dit, à la place de MAM, on aurait pu se demander si Sarkozy aurait été aussi infaillible chez Bourdin et co. Sarkozy est donc arrivé à l’émission matinale le 26 février, après avoir bien potassé ses fiches sur l’arsenal nucléaire. Et bingo, il se plante à son tour malgré les révisions et serait digne lui aussi d’un bon coup de réglette sur les doigts de maîtresse MAM. En effet, Sarkozy déclare que la France possède quatre sous-marins nucléaires d’attaque au lieu de... six. "La question est tout de même un peu spécieuse" s’excusera Nicolas Sarkozy, qui en fait est tombé benoîtement dans le piège tendu par Jean-Jacques Bourdin qui n’a évidemment pas posé exactement la même question qu’à la candidate PS dans l’émission. A l’une, il avait demandé le nombre de sous-marins lanceurs d’engins, c’est-à-dire capables d’attaquer des cibles terrestres, et à l’autre, le nombre de sous-marins d’attaque, chargés de torpiller les vaisseaux enemis. Que pense MAM de la bourde de son protégé ? Elle se félicite que les Français connaissent enfin les vrais chiffres de notre arsenal sous-marin grâce à l’erreur de son favori ! Ben voyons...


Remarquez, le plus cocasse, dans l’affaire, c’est que Bourdin n’est pas mieux renseigné que ses invités... Il avait corrigé Ségolène en déclarant que la France possédait sept sous-marins lanceurs d’engins (au lieu de quatre, donc) et Nicolas en estimant cinq sous-marins d’attaque (au lieu de six). Preuve qu’effectivement, la question est spécieuse, comme l’a souligné Sarkozy. Et après tout, un chef des armées potentiel a le temps éventuellement pour apprendre à répondre à ces questions de Trivial Pursuit... Par contre qu’au cours de la même émission, le ministre actuel de l’Intérieur, de la Lutte antiterroriste et des Cultes (vu qu’il aime bien revendiquer les trois étiquettes...) ne sache pas que le sunnisme et le chiisme ne sont pas des ethnies mais des courants de l’Islam, et qu’al-Qaïda n’est composé que d’adeptes sunnites, voilà un plus beau raté au cours de la même émission...


Les trésors du patrimoine


Un autre boomerang qui est revenu dans la poire du candidat UMP est celui lancé par son ’collègue’ Jacques Godfrain sur le patrimoine du couple Hollande-Royal. On se souvient que Godfrain avait colporté l’information sur la SCI La Sapinière, contractée par le couple Hollande pour soi-disant se mettre à l’abri de l’ISF. Une affaire qui a poussé Ségolène Royal à jouer la transparence sur son patrimoine (et Le Canard enchaîné compte bien la semaine prochaine consacrer un article sur son mystérieux ISF...), et ainsi tous les candidats ont dû faire leur coming out financier, inclus Nicolas Sarkozy qui a fait savoir qu’il était redevable de l’ISF depuis cette année suite à la vente d’un duplex à Neuilly-sur-Seine sur l’Ile de la Jatte le 6 novembre 2006 pour 1 942 000 €. Le Canard enchaîné a donc mené l’enquête sur ce bien et... Bingo ! Sarkozy a acheté le duplex en 1997 et bénéficié d’une ristourne de la part du promoteur, ce qui lui a permis de le vendre neuf ans plus tard avec une plus-value de 122% !


Reprenons dans le détail : le groupe Lasserre est un promoteur immobilier qui de 1983 à 2002 va être un des préférés de la municipalité Sarkozy pour les appels d’offres. Il récupère notamment la construction d’une résidence haut de gamme, le "Victoria XXI" sur l’Ile de la Jatte. Intéressés par l’achat d’un duplex, Nicolas et Cécilia Sarkozy obtiennent une ristourne de la part du promoteur : 24 636 FF le mètre carré contre 27 871 à 37 624FF pour les autres acheteurs dans la résidence. Plus intéressant : le promoteur prend en charge les travaux d’aménagement nécessaires (abattage de cloison, perçage d’un plancher, installation d’un escalier, de placard, d’une bibliothèque ...) et offre là encore un tarif préférentiel au couple. En tout et pour tout, les Sarkozy auraient économisé 2 000 000 FF (soit 300 000 €) sur l’achat et l’aménagement de leur duplex.


Bon, en soi, ce n’est sans doute pas le plus gros scandale d’abus de pouvoir que l’on ait vu de la part d’un élu local. Mais c’est cocasse de voir cette affaire embarrassante surgir parce que Sarkozy a dû exposer son patrimoine... suite à une première attaque supposée viser Ségolène Royal. "C’est quand même curieux comme on s’intéresse au patrimoine des candidats à la veille des élections !"
s’étonnera le ministre-candidat. Il pourra toujours demander pourquoi à son collègue Jacques Godfrain, bien inspiré pour avoir lancé ce genre d’investigation...


Dahan se lâche, Mme Elkabbach aussi !


Après avoir piégé la candidate socialiste sur le Québec, Gérald Dahan fut soupçonné par la gauche d’être trop connivent avec le candidat de l’UMP, dont il avait chauffé certains meetings. Mais pas sûr que sa dernière déclaration dans Le Parisien du 27 février déride les cadres de l’UMP : "Sarkozy m’amuse de A à Z, il a les trois caractéristiques essentielles d’un personage burlesque : petit, cocu et de mauvaise foi !". Eh bien, après ça, il ne manquerait plus que Jean-Pierre Elkabbach, l’homme qui n’a pas su se taire sur Europe 1 devant Jean-Louis Bianco (et plusieurs auditeurs) en déclarant : "Tapiro (le conseiller en communication de Sarkozy), ce n’est pas notre maître à penser !", se mette lui aussi à rejeter Sarkozy ! On rassure Sarkozy : Jean-Pierre Elkabbach ne rejoint pas le camp de Ségolène Royal... mais sa compagne, si ! La romancière Nicole Avril, Mme Elkabbach dans le civil, vient en effet de publier une tribune libre dans "Le Monde" du 22 février en faveur de... Ségolène Royal. Histoire d’assurer tous ses arrières, Jean-Pierre Elkabbach n’aurait pas un frère bayrouiste ou un cousin lepéniste, au cas où ?!


Conclusion :


La conclusion, c’est qu’il ne faut jamais frapper une femme, même avec une rose. Et surtout pas avec un boomerang car à la fin, il vous revient dans la poire, la cellule UMP ’attaque de Ségolène’ ayant fâcheuse tendance à multiplier les dommages collatéraux...

Publié dans Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article