Ségolène Royal invitée de « En aparté » sur Canal + (Interview et vidéo)

Publié le par Désirs d'avenir 09

Qu'un simple contrôle puisse dégénérer dans un affrontement aussi violent prouve que quelque chose ne va plus.


Ségolène Royal revient sur les incidents de la gare du nord "Bien évidemment les voyageurs doivent payer leur billet. Mais qu'un simple contrôle puisse dégénérer dans un affrontement aussi violent prouve que quelque chose ne va plus"

"En cinq ans d'un gouvernement d'une droite qui avait fait de la sécurité son thème de campagne, on voit que c'est l'échec sur toute la ligne".

"Les gens sont dressés les uns contre les autres, ont peur les uns des autres. La police a parfois peur de se rendre dans certains quartiers ou de procéder à certains contrôles", ajoute-t-elle avant de conclure : "Ce n'est pas la République".

Ségolène Royal veut "une République de l'ordre juste" où "la police" comme "les citoyens" sont "respectés". "Il faudra un ministre de l'Intérieur qui remette de l'ordre juste au sens où chacun aura le sentiment d'obéir aux mêmes règles".

La candidate socialiste plaide pour "une société de confiance et d'harmonie". "C'est un grand défi à relever, il faudra agir vite", ajoutant que "la situation s'est dégradée" dans les quartiers depuis les émeutes de novembre 2005.

Elle réaffirme son intention de "créer une police de quartier pour remplacer la police de proximité qui a été très maladroitement supprimée" par la droite. Ces incidents montrent d’ailleurs "l'échec sur toute la ligne" de la droite en matière de sécurité depuis 2002.

Face aux propos de François Baroin, ministre de l’intérieur, concernant la régularisation des sans papiers, Ségolène Royal déclare : "Faire des déclarations de ce type ne fait qu'envenimer les choses. Donc ça n'est pas responsable de faire des déclarations de ce type sans indiquer clairement à l'opinion, qui a le droit de savoir, et aux principaux intéressés aussi, quels sont les critères" de régularisation.

Elle affirme ne pas pouvoir "répondre de façon abstraite à cette question-là puisque ce qu'il doit annoncer, ce sont justement les deux principes que je viens d'évoquer : quels sont les critères et quels seront les principes qui seront appliqués".

"Dans une République, il y a des règles et dans une démocratie, il y a de la transparence sur ces règles. C'est aujourd'hui ce qui manque cruellement"

"Dans la confusion des règles et le manque de transparence, il y a des tensions, des révoltes".


> Lire l'intégralité de l'interview


Ségolène Royal : "En aparté", Canal+, Pascale Clark


Publié dans Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article